Ce n'est pas très poli ce titre, mais c'est ce que je pense d'elle. Elle, une sclérose en plaques [SEP] parmis tant d'autres.
Chinese (Simplified)EnglishFrenchSpanish

Cellules B liées aux lésions cérébrales chez les personnes atteintes de SEP

Article traduit avec l’aide de Google Traduction : article original

Cellules B liées aux lésions cérébrales chez les personnes atteintes de SEP

Une équipe de chercheurs de l’Université de Zurich et du Centre hospitalier universitaire de Zurich a montré que dans la sclérose en plaques, il n’y a pas que des cellules T spécifiques qui provoquent une inflammation et des lésions dans le cerveau. Les cellules B, un autre type de cellule immunitaire, jouent également un rôle. Ces cellules activent les cellules T dans le sang. Cette découverte explique comment les nouveaux médicaments contre la SP prennent effet, ouvrant de nouvelles options pour le traitement de la maladie.

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune chronique du système nerveux central. Les cellules immunitaires du corps attaquent et endommagent la couche qui entoure les cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière, ce qui entrave leur capacité à communiquer les unes avec les autres. La maladie, qui touche environ 2,5 millions de personnes dans le monde, est une cause fréquente d’invalidité chez les jeunes adultes et touche particulièrement les femmes. La SEP peut entraîner de graves handicaps neurologiques tels que des problèmes sensoriels, des douleurs et des signes de paralysie.


Les cellules B activent les cellules T

Une équipe dirigée par le neurologue Roland Martin et l’immunologiste Mireia Sospedra de l’université de Zurich (UZH), l’hôpital universitaire de Zurich (USZ) et des chercheurs de l’institut Karolinska en Suède ont découvert un aspect clé de la pathogenèse de la SEP. «Nous avons pu montrer pour la première fois que certaines cellules B – les cellules du système immunitaire qui produisent des anticorps – activent les cellules T spécifiques qui provoquent l’inflammation dans le cerveau et les lésions des cellules nerveuses», explique Roland Martin, directeur de la clinique. Programme de recherche prioritaire Sclérose en plaques à UZH.

Les nouveaux médicaments contre la sclérose en plaques attaquent les cellules B

Jusqu’à récemment, la recherche sur la sclérose en plaques était principalement axée sur les cellules T ou les cellules T auxiliaires. Ce sont les «gardiens» du système immunitaire qui, par exemple, déclenchent l’alarme si l’organisme est infecté par un virus ou une bactérie. Dans environ une personne sur 1 000, la capacité des cellules à faire la distinction entre les structures propres et les structures étrangères est perturbée. L’effet de ceci est que les cellules T mal orientées commencent à attaquer les tissus nerveux du corps – l’apparition de la SEP. Cependant, les cellules T ne sont pas la seule cause de cela. «Une classe de médicaments contre la sclérose en plaques appelée Rituximab et Ocrelizumab nous a amenés à penser que les cellules B jouent également un rôle important dans la pathogenèse de la maladie», explique Roland Martin. Ces médicaments éliminent les cellules B, qui inhibent très efficacement l’inflammation du cerveau et les poussées chez les patients.

La «complicité» des cellules B révélée

Les chercheurs ont établi le rôle des cellules B en utilisant un système expérimental in vitro permettant d’analyser des échantillons de sang. Le sang des patients atteints de SEP a révélé une augmentation des niveaux d’activation et de division cellulaire parmi les cellules T attaquant les gaines de myéline du corps qui entourent les cellules nerveuses. Cela a été causé par les cellules B interagissant avec les cellules T. Lorsque les cellules B ont été éliminées, les chercheurs ont constaté qu’il inhibait très efficacement la prolifération des cellules T. «Cela signifie que nous pouvons maintenant expliquer le mécanisme auparavant incertain de ces médicaments contre la SEP», explique Roland Martin.

Les cellules T activées migrent vers le cerveau

De plus, l’équipe a également découvert que les cellules T activées dans le sang comprenaient notamment celles qui se produisent également dans le cerveau chez les patients atteints de SEP lors des poussées de la maladie. On soupçonne qu’ils causent l’inflammation. D’autres études ont montré que ces cellules T reconnaissent les structures d’une protéine produite par les cellules B et les cellules nerveuses du cerveau. Après avoir été activé dans le sang périphérique, les cellules T migrent vers le cerveau, où elles détruisent les tissus nerveux. «Nos résultats non seulement expliquent comment les nouveaux médicaments contre la SP prennent effet, mais ouvrent également la voie à de nouvelles approches en recherche fondamentale et en thérapie pour la SEP», conclut Roland Martin.

Cet article a été republié à partir de documents fournis par l’Université de Zurich . Note : le matériel peut avoir été modifié pour sa longueur et son contenu. Pour plus d’informations, veuillez contacter la source citée.

Référence : Les cellules de mémoire B activent des cellules T CD4 + auto-réactives d’origine cérébrale dans la sclérose en plaques. Ivan Jelcic et al. 30 août 2018, Cell, DOI: https://doi.org/10.1016/j.cell.2018.08.011.

 

 

 

Partagez cet article :