fuck-ms.com

Sclérose en plaques [ S.E.P ou M.S ]

Vous êtes ici :


 ~ Voici les dernières nouvelles à ce sujet ~

Une hormone contre la sclérose en plaques

Une équipe menée par un chercheur CNRS vient de découvrir, chez la souris, une nouvelle voie pour lutter contre la sclérose en plaques. Leur arme : une molécule naturellement produite par notre corps.

Suffira-t-il un jour d'injecter une substance fabriquée naturellement par la thyroïde, l'hormone T3 ou « triidothyronine », pour ralentir la redoutable sclérose en plaques, cette maladie incurable à ce jour qui ne touche pas moins de 80 000 personnes en France ? Voilà ce que laisse espérer une étude majeure réalisée par Said Ghandour et ses collègues du Laboratoire d'imagerie et de neurosciences cognitives1, publiée en décembre dans la revue The Journal of Neuroscience2.

© S. Ghandour/CNRS Photothèque

 L'hormone T3 entraîne la naissance d'oligodendrocytes (en vert). Ces cellules peuvent produire de la myéline, qui permet de « réparer » les lésions propres à la sclérose en plaques.

Pouvant se manifester notamment par des troubles de la marche et une grande fatigue, la sclérose en plaques (SEP) est liée entre autres à la destruction progressive de la myéline, cette substance qui « gaine » les fibres nerveuses du cerveau et de la moelle épinière, et permet ainsi la bonne transmission de l'influx nerveux.

Nouveau site web dédié à la médecine

Un nouveau site web, lié à la santé en général, a été mis en ligne, et l'on peut y retrouver moultes vidéos sur la SEP (mais pas que). Les vidéos sont issues du Magazine de la santé, vu que le site a été créé par les Docs Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes.

Le teaser pour la mise en ligne du site, était la parodie du Dr House, bien faite pour le coup. ;oP

Cliquez sur ce lien ou sur l'image pour accéder au site, et + particulièrement à la partie SEP.

Fin de la semaine consacrée à la sensibilisation sur la SEP

La semaine de sensibilisation auprès du "grand public" est terminée, et s'est clôturée par le 18ème rendez-vous de l'Arsep au Palais des Congrès de Paris, le 27 mars 09.

Moultes intervenants, spécialistes de la SEP, dont le Professeur Catherine Lubetski et le professeur Moreau, sont intervenus afin d'expliquer l'avancement de la recherche, les tests de nouvelles "drogues" - dixit le Professeur Moreau - J'ai adoré! ;o) Plus sérieusement, ces interventions, bien que scientifiques et pointues étaient extrèmement intéressantes. Des vidéos du congrès devraient bientôt être disponible sur le blog.

Cliquez ici pour avoir accès aux vidéos du Congrès.

La fatigue intellectuelle mise en évidence de façon objective

La fatigue intellectuelle mise en évidence de façon objective

La fatigue, qu'elle soit physique ou intellectuelle, est une manifestation très fréquente et un symptôme majeur en cas de SEP. L'importance de la fatigue éprouvée est en général évaluée grâce à une échelle sur laquelle le sujet situe sa sensation subjective de fatigue. Extrêmement simple à mettre en œuvre, cette mesure a l'inconvénient majeur de ne pas être corrélée avec les caractéristiques de la SEP telles que la quantité de lésions, l'ancienneté de la maladie ou encore l'importance du handicap.

Pour la fatigue intellectuelle (appelée aussi fatigue cognitive), la situation pourrait bien changer prochainement, comme en témoigne par exemple le travail d'une équipe américaine (J DeLuca et al. J Neurol Sci. 2008; 270: 28-39) qui a eu recours à l'IRM fonctionnelle pour étudier les variations de l'activité cérébrale lors du maintien d'un effort mental prolongé connu pour provoquer de la fatigue cognitive. Le principe de l'IRM fonctionnelle est de détecter et de visualiser les modifications de l'irrigation des différentes zones du cerveau lorsqu'il est occupé à accomplir une tâche déterminée.

Les nouveautés thérapeutiques présentées à l’ECTRIMS à Montréal en 2008

Les nouveautés thérapeutiques présentées à l’ECTRIMS à Montréal en 2008

Un document pdf issu du site de l'Arsep à télécharger, complète cet article :

Cliquez sur ce lien pour le télécharger

Les médicaments par voie orale ainsi que les anticorps monoclonaux sont des avancées très prometteuses dans un avenir proche.

Parmi toutes les présentations, environ 200 ont été consacrées au domaine thérapeutique.
Ces essais de traitement, de « phase III », sont des études de confirmation de l’efficacité d’un traitement à évaluer. Chacun des essais, porte sur plusieurs centaines de patients : études en double aveugle du produit à tester : un malade sur deux reçoit le produit à tester, un malade sur deux reçoit soit un placebo soit un traitement déjà validé (ni le neurologue évaluateur ni le patient ne connaît la nature du produit qui est attribué à l’intéressé, au cours de l’essai, après un tirage au sort

1. Les traitements par voie orale

Généralités :

Les quatre traitements par voie orale les plus avancés (phases III en cours ou terminées) sont le Fingolimod (FTY720), la Cladribine, le Fumarate (BG-12) et le Teriflunomide. Deux études différentes, de phase III, sont maintenant le plus souvent requises, par les autorités de santé, soit européennes (European Medical Agency : EMEA) soit américaines (Food and Drug Administration : FDA) , pour l’obtention d’une autorisation de mise sur le marché.

Transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques dans la forme rémittente de SEP : une étude de phase I/II

Transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques dans la forme rémittente de SEP : une étude de phase I/II

La transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques (les cellules sanguines greffées proviennent du patient lui-même) est utilisée pour entrainer une suppression immunologique intense.
Dans cette étude, les auteurs ont souhaité tester la sécurité et l'efficacité d'une telle approche chez des patients présentant une forme rémittente de Sclérose en Plaques (SEP), qui ne répondaient pas au traitement par interféron béta. Les patients sélectionnés pour cette étude avaient présenté au moins 2 poussées au cours des 12 mois précédents ou une poussée et une lésion active à l'IRM distante de la poussée.
Les critères majeurs d'évaluation de cet essai clinique étaient l'absence de progression de la maladie et la réversion du handicap neurologique 3 ans après la transplantation. Les critères secondaires étaient la sécurité et la tolérance du traitement.
Vingt et un patients furent traités entre janvier 2003 et février 2005. Dix-sept patients eurent une amélioration sur l'échelle du handicap et 5 eurent une poussée avec rémission complète après traitement immunosuppresseur.
Trois ans après la greffe, tous les patients avaient stabilisé la progression de la maladie et 16 n'avaient pas eu de nouvelles poussées. Leur qualité de vie s'en trouvait améliorée. Outre quelques effets secondaires, le traitement semblait bien toléré dans l'ensemble.

En conclusion, la transplantation autologue de cellules hématopoïétiques chez des patients atteints de SEP, semble améliorer les signes neurologiques. Cependant, il est primordial de tester ce potentiel traitement chez un plus grand nombre de patients au cours d'un essai clinique randomisé et multicentrique.

Burt RK et collaborateurs, Etats-Unis.
Lancet Neurology, Janvier 2009.

La lovastatine induit la formation d’une myéline anormale

La lovastatine induit la formation d’une myéline anormale

Les statines, dont la Lovastatine, sont utilisées pour diminuer le cholestérol et pourraient avoir des effets sur l'inflammation. En raison de leurs capacités à franchir la barrière sang-cerveau (barrière hémato-encéphalique, BHE), elles pourraient jouer un rôle dans les processus cellulaires du système nerveux central (CNS). Elles sont actuellement en phase d'essai clinique comme traitement additionnel dans la Sclérose en Plaques (SEP) pour stimuler la remyélinisation. En effet, le cholestérol est un composant majeur de la myéline. Dans cette étude, les auteurs ont étudié les capacités de remyélinisation des oligodendrocytes primaires traités avec de la Lovastatine.
Ceux-ci sont capables de former des feuillets de myéline. Néanmoins, cette myéline néo-synthétisée est dépourvue des protéines majeures qui doivent la constituer.
Compte-tenu de ces observations et des résultats complexes à interpréter, les auteurs recommandent d'être prudents dans l'utilisation des statines pour le traitement des maladies démyélinisantes.

Maier O et collaborateurs, Hollande.
Glia, Mars 2009.

Lovastatine et Rolipram : une bithérapie neuro-protectrice et réparatrice testée dans un modèle animal de SEP

Lovastatine et Rolipram : une bithérapie neuro-protectrice et réparatrice testée dans un modèle animal de SEP

La lovastatine (dérivée des statines) réduit la biosynthèse du cholestérol et possèderait également une activité anti-inflammatoire, anti-oxydante et immuno-modulatrice. Le Rolipram conduirait, quant à lui, à une diminution de l'inflammation de système nerveux central (SNC).
Au cours des dernières années, des études in vitro et in vivo avaient établies que les statines et le Rolipram pouvaient prévenir la progression de la Sclérose en Plaques chez les patients via différents mécanismes d'action.
Dans cette étude, les auteurs ont évalué l'efficacité d'une bithérapie dans un modèle animal de SEP, l'EAE. Ils ont ainsi montré que, non seulement ce traitement combinant de 2 molécules actives diminuait l'entrée des cellules inflammatoires dans le SNC et protégeait la myéline et l'intégrité des axones, mais qu'il favorisait également la réparation.

Ces résultats, bien qu'encourageants, ont été obtenus dans un modèle animal. Seules des études complémentaires permettront de dire si cette bithérapie pourra être utilisée comme traitement dans la SEP.

Paintlia AS et collaborateurs, Etats-Unis.
Glia, Janvier 2009.

Le spot gagnant du concours SEPasduciné

Voici le spot gagnant du concours SEPasduciné, qui sera diffusé pendant la campagne de l'Unisep en mars 09, sur plusieurs supports télévisés (TF1, MCM, etc)

Get Adobe Flash player

Une partie du grand jury & la gagnante du concours :

Résultas du concours SEPasduciné

A venir le 12 février 09, les résultats du concours SEPasduciné, c'est la Sclérose en plaques !

_Les jurys voteront ce jour là, à partir de 9h30, pour élire les spots gagnants (3), dont le 1er sera diffusé sur TF1 et plusieurs chaines de télévision. Le 2ème spot qui sera sélectionné sera diffusé dans plusieurs salles de cinéma, avant la diffusion du film. Le 3ème, c'est un prix du groupe accord si je ne m'abuse. Bref, on va parler de la SEP !

_Voici les membres du jury  [ cliquez sur l'image pour agrandir ]

_L'information circule sur le site du ministère de la santé [ cliquez sur ce lien ]

_L'Unisep remercie également tous les participants à cette adresse

Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS

Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose en plaques

Merck Serono International S A, le 18/9/2008

GENÈVE, Suisse, September 18 /PRNewswire/ -- Merck Serono, une division de Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne, a annoncé aujourd'hui le lancement d'un essai clinique de Phase III destiné à évaluer les effets thérapeutiques de la forme orale de la cladribine (comprimés de cladribine) dont elle détient l'exclusivité, chez des patients à risque de développer une sclérose en plaques (SEP).

L'essai clinique, dénommé ORACLE MS (ORAl CLadribine in Early MS), évaluera le profil de tolérance et l'efficacité des comprimés de cladribine selon deux schémas posologiques par comparaison au placebo dans le traitement de patients ayant présenté un premier événement clinique évoquant la SEP. Les comprimés de cladribine font également l'objet à l'heure actuelle d'une évaluation dans un essai clinique pivot de Phase III - l'étude CLARITY(1) - dans le traitement en première intention des formes récidivantes de la SEP. Comme précédemment annoncé en Janvier 2007, de toutes les études de Phase III portant sur des composés oraux en cours de développement pour le traitement de la SEP, CLARITY est le premier essai pivot à avoir entièrement achevé le recrutement des patients. Le statut de Fast Track Product (produit dont la revue est prioritaire) a été accordé aux comprimés de cladribine par la Food and Drug Administration américaine.

Info SEPasduciné

_Au cours de l'émission "Le magazine de la santé" du 7 janvier 2009, un journaliste a présenté le concept du spot à réaliser en faveur de l'Unisep.

_La présentation était très bien faite et à été illustrée par 4 extraits de spots réalisés & diffusés sur Eyeka. Dont le mien! ;o) Plutôt cool.

_Vous pouvez d'ores et déjà voir l'extrait de cette émission en cliquant ici

_Sinon, l'émission est rediffusée sur le site de France 5 à cette adresse :

http://www.france5.fr/magazinesante/W00443/4/118178.cfm

Bolus - épisode 2

Abandon temporaire du blog

_C'est reparti pour le 2ème bolus de l'année! (juste avant les fêtes, ça fait toujours plaisir!)

_C'est reparti pour le plein de cortisone

_C'est reparti pour la gentille femme de l'accueil (en principe)

_C'est reparti pour des trous pleins les veines

_C'est reparti pour 2 ou 3 mauvaises nuits

_C'est reparti pour en somme! ;o)

_SEPas drôle ;o/

_@ bientôt  |  Gérôme

Notre sclérose en plaques

Notre sclérose en plaques

chronique : Notre sclérose en plaques
par MARIE PASCALE D., Chercheuse
03.12.08

[ source le monde.fr ]

80 000 personnes atteintes en Fance, il s’en découvrirait une nouvelle toutes les quatre heures. Soit moins que le sida (environ 130 000 séropositifs, chiffre du CNRS 2008) ou beaucoup moins qu’Alzheimer (800 000). Et puis on n’en meurt pas souvent, alors ça ne doit pas être si grave. Mais c'est une maladie de l’adulte jeune, la majorité des cas sont détectés entre 20 et 45 ans, une maladie qui intervient alors que la vie se dessine encore devant soi et qui oblige donc à remettre en compte de fond en comble ses projets. Une maladie handicapante, nombre des fauteuils roulants que vous croisez lui sont dus, pas la peine d’imaginer toujours des accidents rocambolesques. Une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, à quand le prochain épisode, pour combien de temps, avec quelles séquelles ? Nul ne sait. Et un acronyme, SEP, que beaucoup ignorent et qui signe la sclérose en plaques.

Etude de phase II du fumarate par voie orale chez des patients atteints de SEP rémittente.

Etude de phase II du fumarate par voie orale chez des patients atteints de SEP rémittente.

Le mécanisme d'action du fumarate oral, BG00012, n'est pas encore clairement connu mais il pourrait bloquer les cellules et molécules du système immunitaire et protéger le système nerveux central des lésions.
Au cours de cette étude clinique en phase II, 257 personnes, âgées de 18 à 55 ans, et atteintes de SEP rémittente ont reçu différentes doses de BG00012 (120 mg/jour ; 360 mg/jour ou 720 mg) ou un placebo (agent inactif), pendant 24 semaines.
Le 1er critère d'évaluation était l'analyse, toutes les 4 semaines de la 12ème à la 24ème semaine, du nombre de nouvelles lésions actives visibles en IRM. Les critères secondaires étaient le recueil de toutes les données IRM, le calcul de la fréquence annuelle des poussées, l'efficacité et la tolérance au traitement.
L'étude a montré que les patients ayant reçu la dose la plus élevée de BG00012, avaient une réduction de 69% du nombre total moyen de nouvelles lésions actives visibles en IRM, comparativement au groupe ayant reçu le placebo, aux semaines 12 et 24. Ce médicament avait également réduit les autres types de lésions décelées par l'IRM. L'effet sur la fréquence des poussées est similaire à celui observé dans les traitements avec l'interféron (32%).
Les effets indésirables étaient des douleurs abdominales, des maux de tête, de la fatigue et des bouffées de chaleur.
Bien que les effets anti-inflammatoires et la tolérance soient des résultats encourageants, il est nécessaire de procéder à un essai clinique de phase III.

Kappos L et collaborateurs, Suisse
Lancet, Octobre 2008

[06/11/2008] source arsep

Plus d'articles...

RECHERCHE

AROUND THE WORLD

LANGUES