fuck-ms.com

Sclérose en plaques [ S.E.P ou M.S ]

Vous êtes ici : De nouveaux médicaments pour la traiter à la source

De nouveaux médicaments pour la traiter à la source

 

De nouveaux médicaments pour la traiter à la source

 

2 molécules déjà connues, le "miconazole" et le "clobétasol" pourraient traiter la sclérose en plaques « à la source » en évitant la démyélinisation et en "remyélinisant", grâce à la production de nouveaux oligodendrocytes en nombre, ces cellules mêmes qui fabriquent la myéline.


C’est ce que démontrent in vivo deux équipes de la George Washington University et de la Case Western Reserve University dans la revue Nature.


La sclérose en plaques est une maladie du cerveau et de la moelle épinière, caractérisée par une attaque inflammatoire du système immunitaire du corps contre la myéline, le revêtement protecteur qui entoure les fibres nerveuses. Une fois la myéline lésée, les cellules nerveuses deviennent très sensibles et commencent à se détruire, les signaux électriques ne peuvent plus être transmis et ce dysfonctionnement grave entraîne des symptômes handicapants, allant d’un engourdissement des membres à la paralysie ou la cécité.

 

 

Aujourd’hui, 2,3 millions de personnes (diagnostiquées) seraient atteintes de SEP dans le monde, une estimation en hausse de 9,5 % vs 2008. La maladie touche deux fois plus les femmes que les hommes, voire 3 fois plus dans certains pays. Les jeunes ne sont pas épargnés et jusqu’à 5% des patients atteints ont aujourd’hui moins de 18 ans.

Il s’agit donc ici de toutes nouvelles options de traitement pour la sclérose en plaques (SEP), dont l’efficacité est testée ici in vivo, chez la souris. Ces molécules administrées au stade développé de la maladie, parviennent à réduire sa sévérité et à inverser sa progression: ces deux médicaments, le miconazole (antifongique utilisé dans le traitement du pied d'athlète) et le clobétasol (stéroïde utilisé dans le traitement de l'eczéma et du psoriasis) agissent en effet « à la source » en inversant le processus de démyélinisation, par augmentation du nombre de nouveaux oligodendrocytes. C’est donc une toute nouvelle voie thérapeutique en regard des thérapies actuelles qui se concentrent sur l'arrêt des attaques du système immunitaire pour ralentir la progression de la maladie. « L’objectif, avec ces deux nouvelles molécules est de réparer le cerveau lui-même, pour arrêter la maladie », explique l’auteur principal, le Dr Robert Miller, de l'Université George Washington.


C’est en passant en revue une banque de petites molécules bioactives que les chercheurs ont découvert ces composés thérapeutiques capables de booster la production de myéline via les cellules progénitrices d’oligodendrocytes. 7 médicaments ayant cette capacité ont tout d’abord été sélectionnés, cependant le miconazole et le clobétasol se sont avérés plus « remyélinisants ».


Source: Nature April 20, 2015 doi:10.1038/nature14335 Drug-based modulation of endogenous stem cells promotes functional remyelination in vivo (Visuel NIH, An artist’s representation of the study. Scientists found that certain drugs were able to promote remyelination in mouse models of multiple sclerosis. Image courtesy of Case Western Reserve University; Illustrator: Megan Kern)

 

RECHERCHE

AROUND THE WORLD

LANGUES