fuck-ms.com

Sclérose en plaques [ S.E.P ou M.S ]

Vous êtes ici : Une interview diffusée sur Europe1 aujourd'hui.

Une interview diffusée sur Europe1 aujourd'hui.

 

 

 

C’est aujourd’hui la Journée mondiale contre la sclérose en plaques. Cette maladie peu connue touche pourtant près de 100000 personnes en France.


La sclérose en plaques est une maladie qui atteint le système nerveux central. Il s’agit d’une réaction inflammatoire contre la myéline : la myéline constitue la gaine protégeant les fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière. "Elle affecte également les prolongements des cellules nerveuses (axones) qui constituent ces fibres", précise la Ligue française contre la sclérose en plaques.


Le Dr Olivier Heinzlef, président de la ligue Française contre la SEP, nous précise l’état des recherches sur cette maladie chronique.


Combien de personnes sont victimes de cette maladie en France ? Et quels sont les symptômes ?


Environ 100?000 personnes et la fréquence de cette maladie a tendance à augmenter. Notamment parmi les femmes de plus de 40 ans. D’une manière générale, la SEP touche deux femmes pour un homme. Les explications évoquées sont que cette maladie pourrait être liée à des mécanismes hormonaux ou qu’il s’agisse de facteurs soumis aux chromosomes X, les femmes en possédant deux (un pour les hommes).

 


Concernant les symptômes, les troubles moteurs, cognitifs, de la vue sont bien connus. Mais on sait un peu moins que cette maladie engendre aussi des douleurs, dépressions et de la fatigue qui perturbent fortement les malades.


Le plan 2014-2019 contre les maladies neurodégénératives prévoit d’identifier une vingtaine de centres experts de la SEP en France. Qu’en est-il ?

La chaîne de soins, en France, repose d’abord sur les neurologues et les centres hospitaliers. Viennent ensuite les réseaux SEP. Il en existe une quinzaine. Ils coordonnent les soins pour que les patients puissent en bénéficier au plus près de chez eux. Et puis il existe ces centres experts : une vingtaine. Ils sont déjà actifs et multidisciplinaires. Différents spécialistes y évoquent les recherches en cours. Avec ce nouveau plan, ils vont être labellisés, ce qui facilitera leur financement.

En France, une vingtaine de centres mène des recherches sur la SEP. Il en existe un au CHU de Nantes par exemple.

 

Pour expliquer la sclérose en plaques, l’hypothèse d’une carence en vitamine D est évoquée …


C’est vrai. La question est de savoir si les personnes qui on un bas taux de vitamine D peuvent développer une SEP ou si les gens qui sont atteints par une SEP ont, du coup, un taux de vitamine D bas. Des études sont actuellement menées pour tester le lien de causalité, notamment à Montpellier.


Autre piste de recherche, les cellules souches…


Des études avec des cellules souches de la moelle épinière sont menées chez l’homme. Les premiers résultats sont encourageants. Mais la manipulation des cellules souches demeure très compliquée. Ces recherches avancent doucement.


Quelles ont été les dernières avancées ?


Il existe deux formes de sclérose en plaques. Celle qui évolue par poussée et qui concerne 85% des patients (N.D.L.R.: il s’agit de la survenue d’une ou de plusieurs nouvelles lésions de démyélinisation - les plaques - au niveau du système nerveux central).


Et la forme progressive qui concerne 15% des personnes, c’est-à-dire une aggravation lente et continue des symptômes neurologiques. Jusqu’à présent, il n’existait pas de traitement pour cette dernière forme. Or, deux médicaments sont récemment sortis (ocrelizumab et biotine). C’est une nouvelle offre thérapeutique intéressante.


Etes-vous optimiste malgré le fait que la sclérose en plaques reste une maladie peu connue ?


De gros progrès ont été réalisés sur le plan thérapeutique. De nouveaux médicaments réduisent l’évolution de la maladie. Une personne qui développe une SEP aujourd’hui, possède de bien meilleures perspectives qu’un patient qui a été atteint par cette maladie il y a 30 ans. Mais il nous reste un challenge à réaliser : le maintien dans la société de ces personnes atteintes par cette maladie chronique. C’est difficile. La SEP reste peu connue ici, contrairement aux pays nordiques, par exemple. Au Danemark, l’association représentant les patients victimes de la SEP, par exemple, est présidée par la reine en personne.

 

RECHERCHE

AROUND THE WORLD

LANGUES