Ce n'est pas très poli ce titre, mais c'est ce que je pense d'elle. Elle, une sclérose en plaques [SEP] parmis tant d'autres.
Chinese (Simplified)EnglishFrenchSpanish

Article(s) web

 

Cellules souches : des thérapies «qui mettent la vie en danger» (Santé Canada)

Thérapies « non autorisées », allégations « non fondées », « risques qui mettent la vie en danger » : dans un avertissement publié hier, Santé Canada met en garde la population contre les cliniques qui offrent des traitements à base de cellules souches, dont plusieurs au Québec. Le point sur une pratique médicale en pleine zone grise.

Source : Santé Canada lance un avertissement

Santé Canada hausse le ton contre les cliniques offrant des traitements à base de cellules souches, qui se multiplient au pays – dont plusieurs au Québec. Dans un avertissement publié hier en fin d’après-midi, le ministère fédéral affirme que ces thérapies sont « non autorisées », que leur sécurité et leur efficacité n’ont jamais été prouvées et qu’elles comportent des « risques qui mettent la vie en danger ou altèrent la qualité de vie, comme des infections graves ».

Les cellules souches sont des cellules du corps qui ne se sont pas encore spécialisées et qui ont le potentiel de se transformer en plusieurs types de cellules différents. On les retrouve en grande quantité dans les embryons, mais des réservoirs de cellules souches se cachent aussi dans les tissus des adultes afin de fabriquer toute la gamme de cellules nécessaires au remplacement de celles qui meurent.

Ces cellules renferment un immense potentiel en médecine. Certains rêvent de les utiliser pour régénérer des tissus et des organes complets, alors que d’autres veulent s’en servir contre des maladies dégénératives comme le diabète, l’arthrose ou la sclérose en plaques.

Le hic, c’est que certains médecins ont déjà décidé que la révolution des cellules souches était mûre pour être lancée. Au moins une quarantaine de cliniques privées, dont certaines ont pignon sur rue dans la région de Montréal, offrent de tels traitements moyennant quelques milliers de dollars au Canada. Les problèmes de santé les plus souvent visés sont l’arthrose du genou ou de l’épaule, mais certaines cliniques disent aussi pouvoir traiter des conditions comme la sclérose en plaques.

Le principe, en théorie du moins, est simple : on prélève les cellules souches dans le gras ou dans la moelle osseuse des patients avec une seringue, on les concentre avec une centrifugeuse, puis on les réinjecte dans la zone à soigner.

« Étant donné que les thérapies cellulaires autologues font appel aux cellules provenant du patient, il se peut que les praticiens laissent entendre que ces traitements sont sans risque, et ce, même si leur innocuité et leur efficacité n’ont jamais été prouvées », écrit Santé Canada dans son avertissement. (suite…)

Roche, le laboratoire qui commercialise l’Ocrevus, communique sur son produit.

Roche présente de nouvelles analyses sur OCREVUS (ocrelizumab) à l’AAN qui révèlent une réduction significative de la progression de l’invalidité lors de SEP récurrente et de SEP primaire progressive

De nouvelles analyses indiquent que l’effet d’OCREVUS sur la réduction du risque de progression de l’invalidité est corrélé à l’exposition et à un taux de lymphocytes B réduit.

Des données à long terme obtenues chez des patients atteints de SEP récurrente et de SEP primaire progressive montrent qu’un traitement plus précoce par OCREVUS a significativement réduit le risque de progression de l’invalidité permanente.
Plus de 100 000 personnes dans le monde ont été traitées par OCREVUS au cours d’études et dans la pratique clinique; les données présentées lors du congrès annuel de l’AAN mettent en évidence un profil bénéfice-risque favorable et cohérent.

Bâle, le 8 mai 2019 – Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) a annoncé aujourd’hui la présentation de nouvelles données relatives à l’utilisation d’OCREVUS® (ocrelizumab) à l’occasion du 71e congrès annuel de l’American Academy of Neurology (AAN) organisé du 4 au 10 mai à Philadelphie, Etats-Unis. De nouvelles analyses sur OCREVUS montrent non seulement que son effet sur la réduction du risque de progression de l’invalidité est corrélé à une exposition plus importante au médicament et à une baisse du taux de lymphocytes B, mais aussi qu’OCREVUS a un impact positif en réduisant significativement la progression de l’invalidité. (suite…)

GeNeuro : Jesus Martin-Garcia évoque les avancées de 2018 (Temelimab)

En vue de l’Assemblée générale du 24 mai, Jesus Martin-Garcia s’adresse aux actionnaires de GeNeuro, se retournant sur l’exercice 2018 « marqué par un fort contraste entre les résultats cliniques positifs obtenus et l’évolution de notre partenariat et de notre cours de bourse ».

Le dirigeant indique : « A la conclusion de l’étude de Phase IIb Change-MS, en mars 2018, nous avions publié des données montrant que l’administration de temelimab à la plus haute dose testée dans l’étude avait un impact positif et cohérent sur les marqueurs clés de la neuroprotection liés à la progression de la sclérose en plaques (la ‘SEP’), à savoir la réduction de l’atrophie du cerveau, la réduction du dommage permanent et la conservation de l’intégrité de la myéline.

Sur la base de ces résultats prometteurs, présentés en détail en octobre 2018 au congrès Ectrims à Berlin, nous réfléchissions avec notre partenaire Servier à la suite à donner à ce succès pour le développement clinique de temelimab. En septembre toutefois, Servier a pris la décision de ne pas exercer son option de licence des droits ex-USA sur temelimab, pour des changements d’orientations stratégiques de R&D et de priorités de développement à l’international. Un des effets de cette décision a été l’arrêt anticipé de l’étude d’extension de Phase IIb Angel-MS, financée par Servier. Suite à cet arrêt anticipé, les résultats à 48 semaines de Angel-MS (soit au total deux ans de traitement) ont été présentés le 12 mars dernier ».

« Nous avons été ravis de constater que les données de l’étude d’extension de Phase IIb Angel-MS contre la SEP confirment et étendent les effets de temelimab sur ces mêmes marqueurs clés de la neuroprotection, mesurés par IRM, et d’observer des premiers signes encourageants de bénéfice clinique du temelimab chez les patients. Ces résultats sont particulièrement remarquables car ils ont été obtenus sans impacter le système immunitaire des patients, ce qui diffère de la voie utilisée aujourd’hui par tous les traitements sur le marché, qui ne présente qu’une efficacité modeste sur la neurodégénérescence. Cela confirme le mode d’action original du temelimab, agissant directement sur la neuroprotection, et la possibilité d’apporter des bienfaits importants aux patients atteints des formes progressives de la maladie, où se situe le plus grand besoin médical. De plus, ce nouveau mode d’action pourrait être potentiellement synergétique avec les médicaments anti-inflammatoires existants pour traiter les patients souffrant de formes récurrentes de la SEP ». (suite…)

Parfaites illustrations des types de douleurs & sensations ressenties dans la #SEP – ©DavidSchwen

Froid glacial (sensations) – Pincement(s) nerveux – Sensation de bêtes rampantes – Percements – Décharges électriques – Piqures d’aiguilles ou épingles – Spasmes, contractures – Sensation piquants de fil barbelé – Coups de poignards – Sensation de chaleur(s) – Picotements – Brûlures

 

 

Télécharger le fichier :

[ source ]

L’alerte de l’ANSM à propos du Lemtrada

Vous pouvez télécharger le document PDF complet en cliquant sur ce lien :

Un médicament pour réparer la myéline endommagée?! (piste de recherche – Sob-AM2)

Des chercheurs américains travaillent actuellement sur un composé capable de stimuler la réparation de la myéline soit la membrane biologique qui s’enroule autour des axones, prolongement de la cellule nerveuse, pour constituer une gaine. Des premiers tests menés chez des souris montrent des résultats prometteurs pour traiter la sclérose en plaques, maladie incurable.

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire auto-immune chronique du système nerveux. Celle-ci se manifeste par des troubles moteurs, sensitifs, de l’équilibre, et visuels pouvant être responsables à long terme d’un handicap ; et elle évolue le plus souvent par poussées en nombre variable selon les patients. Cette pathologie se caractérise par une destruction de la myéline, membrane qui forme une gaine autour des fibres nerveuses et permet une bonne conduction de l’influx nerveux. Lorsqu’elle est endommagée, l’information n’est plus transmise correctement ce qui entraîne la dégénérescence des fibres nerveuses et la mort des neurones : des troubles neurologiques apparaissent. (suite…)

L’Union Européenne recommande de restreindre l’usage du Lemtrada (Alemtuzumab)

L’Agence européenne du médicament recommande, ce vendredi, de restreindre l’usage du Lemtrada, « après de nouveaux signalements de pathologies auto-immunes » et « de problèmes au cœur et aux vaisseaux sanguins en lien avec ce médicament, dont des cas mortels »

L’Agence européenne du médicament (EMA) a recommandé ce vendredi de restreindre l’utilisation du Lemtrada, un médicament contre les formes sévères de sclérose en plaques du laboratoire Sanofi, en raison des graves effets secondaires, notamment cardiaques, qu’il peut entraîner.

L’information sur ce produit devrait être mise à jour, pour mieux avertir patients et professionnels de santé des effets indésirables, estime également le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’EMA. (suite…)

Une nouvelle sur la recherche dans la SEP venue du Canada (étude)

Un système automatisé guidé par intelligence artificielle pourrait accélérer la découverte de médicaments ayant la capacité de réparer les cellules nerveuses endommagées

M. Timothy Kennedy, Ph. D., chercheur de l’Université McGill subventionné par la Société de la SP, a mis au point un système automatisé autoguidé dans le but d’en savoir plus sur les oligodendrocytes, soit un type de cellules spécialisées présentes dans le système nerveux central.

Les oligodendrocytes jouent un rôle essentiel dans l’organisme puisqu’ils produisent la myéline, à savoir la gaine protectrice qui entoure les fibres nerveuses. Dans le contexte de la sclérose en plaques (SP), la myéline subit des lésions qui persistent en raison d’un processus de réparation insuffisant. Or, sans la myéline, les communications entre les cellules nerveuses sont perturbées, et le corps ne reçoit plus correctement les instructions nécessaires à l’accomplissement de fonctions de base. (suite…)

Le Français Nicolas Campos, triathlète malgré la sclérose en plaques.

En septembre prochain, Nicolas Campos disputera le Championnat du monde d’Half Ironman à Nice. Un moment unique pour ce Français, diagnostiqué de la sclérose en plaques en 2016.

Le Championnat du monde, le rendez-vous de sa vie.

« Souvent, au moment de me coucher, je me dis que je ne pourrais peut-être plus marcher à mon réveil ». Depuis 2016, l’année où il a été diagnostiqué de la sclérose en plaques, Nicolas Campos avance masqué. Pour lui, l’inconnue fait peur. Pourtant, et aussi surprenant que cela puisse paraître, ce triathlète français (30 ans) est qualifié pour le Championnat du monde 2019 d’Half Ironman (113,1 km en cumulé), qui se disputera cette année pour la première fois en France, à Nice, les 7 et 8 septembre. (suite…)

Des nouvelles du côté de chez GeNeuro, à propos du Temelimab (GNbAC1)

01 avril 2019

GeNeuro annonce ses résultats annuels 2018 et fait le point sur ses développements

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP) et le diabète de type 1 (DT1), annonce ce jour ses résultats annuels pour l’exercice clos au 31 décembre 2018 et fait le point sur ses développements.

Extrait :  » Temelimab (GNbAC1), le plus avancé des candidats médicaments de GeNeuro, est un anticorps monoclonal humanisé qui neutralise une protéine d’enveloppe pathogène appelée pHERV-W Env, identifiée dans les lésions cérébrales (actives, notamment) des patients souffrant de SEP et qui semblerait activer la microglie tout en empêchant la remyélinisation du cerveau par les cellules précurseurs d’oligodendrocytes.
GeNeuro a achevé à la fois l’étude européenne de phase IIb CHANGE-MS chez des patients atteints d’une forme récurrente-rémittente de la SEP (la SEP-RR) et son étude d’extension, ANGEL-MS. 219 patients sont entrés dans ANGEL-MS, soit 95% des patients qui avaient terminé CHANGE-MS. L’étude a dû être terminée prématurément par décision du sponsor, un élément qui avait été prévu dans le protocole. »

// Il s’agit du dernier communiqué de presse de la société :  télécharger ou voir le pdf