Ce n'est pas très poli ce titre, mais c'est ce que je pense d'elle. Elle, une sclérose en plaques [SEP] parmis tant d'autres.
Chinese (Simplified)EnglishFrenchSpanish

Recherches

Ca bouge du côté de la SEP progressive

Roche : la FDA accorde le statut de percée thérapeutique à l’ocrelizumab dans la SEP primaire progressive

Le groupe pharmaceutique Roche a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) américaine avait accordé le statut de percée thérapeutique (Breakthrough Therapy Designation) à l’ocrelizumab (OcrevusTM), un anticorps monoclonal humanisé expérimental, pour le traitement de la sclérose en plaques (SEP) primaire progressive.

« Il n’existe actuellement aucun traitement homologué contre la SEP primaire progressive, forme invalidante de la maladie qui se caractérise par une aggravation constante des symptômes, généralement sans alternance distincte de poussées et de rémissions. », indique le groupe dans un communiqué.

(suite…)

Une étude pilote présentée au congrès de l’Académie américaine de neurologie : des parasites pour traiter la sclérose en plaques.

  • C’est une étude hein!! ^^

La sclérose en plaques est la principale cause de handicap neurologique dans les pays industrialisés. L’ingestion d’œufs vivants d’un parasite intestinal du porc semble avoir un effet positif sur l’évolution de la maladie.

Il s’appelle Trichuris suis, un parasite intestinal dont l’hôte naturel est le porc, mais qui peut également se plaire dans les entrailles humaines, même s’il ne s’y reproduit pas. Quel intérêt? Eh bien, la seule présence de ce ver dans l’intestin des personnes atteintes de sclérose en plaques aurait des vertus thérapeutiques. C’est du moins ce que semble indiquer une étude pilote présentée au congrès de l’Académie américaine de neurologie. (suite…)

Nouvelle piste thérapeutique dans la myélinisation des neurones

© Inserm, C. Fumat

Contexte

Une équipe Inserm vient de démontrer que le récepteur aux oxystérols est impliqué dans la myélinisation des neurones. Cette découverte ouvre la voie à de nouveaux traitements contre des maladies démyélinisantes du système nerveux central, en particulier la sclérose en plaques. (suite…)

Biomarqueurs prometteurs de la SEP progressive secondaire mis au jour par une chercheuse boursière de la Société de la SEP

Biomarqueurs prometteurs de la SEP progressive secondaire mis au jour par une chercheuse boursière de la Société de la SEP

Contexte

De nombreuses petites molécules de l’organisme sont extrêmement sensibles à la présence de certaines maladies. Ces molécules comprennent des substances biologiques (ADN, protéines, hydrates de carbone et graisses) qui peuvent servir à dépister une maladie de façon précise et rapide ainsi qu’à mesurer la progression de celle-ci et l’effet qu’un traitement particulier aura sur elle. Ces biomarqueurs (forme abrégée de marqueurs biologiques) sont présents dans tout l’organisme humain et peuvent être détectés au moyen de l’une des techniques suivantes : analyse sanguine, examen de fragments de tissu prélevés lors d’une biopsie, étude de clichés obtenus par des techniques d’imagerie de pointe. (suite…)

Des vaisseaux lymphatiques inconnus découverts dans le cerveau

Ci-dessus, une cartographie du système lymphatique. L’image de gauche correspond à la cartographie considérée jusqu’ici comme valide, et l’image de droite est la cartographie actualisée en fonction de la découverte des chercheurs de l’Université de Virginie. Crédits : University of Virginia Health System

Contre toute attente, des vaisseaux lymphatiques ont pour la première fois été décelés dans le cerveau, alors que les scientifiques estimaient jusqu’ici qu’il en était dépourvu. Cette découverte majeure pourrait révolutionner la compréhension et le traitement des maladies neurologiques comme Alzheimer ou la sclérose en plaques. (suite…)

Une étude financée par la Société de la SEP permet la découverte d’une cible thérapeutique prometteuse contre l’invasion du cerveau par des immunocytes

Contexte

De nombreux types de cellules immunitaires contribueraient à l’apparition de la sclérose en plaques (SEP). Alors que le rôle de certaines de ces cellules est bien établi, celui des autres fait toujours l’objet de vifs débats. Il en est ainsi d’un groupe d’immunocytes, soit les lymphocytes T CD8+ (cellules T). Bien que ces cellules soient présentes dans les lésions de SEP, leur fonction précise – pro-inflammatoire ou immunosuppressive – demeure obscure.

Des données récentes montrent qu’elles interviendraient dans le déclenchement de la SEP, mais les chercheurs tentent toujours de comprendre les mécanismes par lesquels ces cellules parviennent à franchir la barrière hémato-encéphalique (BHE) pour accéder au système nerveux central et y provoquer de l’inflammation. (suite…)