Ce n'est pas très poli ce titre, mais c'est ce que je pense d'elle. Elle, une sclérose en plaques [SEP] parmis tant d'autres.
Chinese (Simplified)EnglishFrenchSpanish

Recherches

Un composé thérapeutique pour réparer les fibres nerveuses endommagées

Une équipe de chercheurs dirigée par Brahim Nait Oumesmar, directeur de recherche Inserm au Centre de recherche du cerveau et de la moelle épinière (CRICM) en collaboration avec l’Université du Luxembourg, vient de découvrir qu’une nouvelle molécule est capable de stimuler la réparation de la myéline détruite dans des modèles expérimentaux de sclérose en plaques. Une avancée publiée dans The Journal of Neuroscience.

La sclérose en plaques (SEP) constitue la cause la plus fréquente d’invalidité neurologique chez le jeune adulte. Cette maladie est caractérisée par des lésions inflammatoires du cerveau, de la moelle épinière et du nerf optique. Elle est considérée comme une maladie auto-immune: chez les personnes atteintes de SEP, leur système de défense est dérégulé. Au lieu de lutter contre les pathogènes extérieurs, le système immunitaire s’attaque à ses propres cellules. (suite…)

Effets immunomodulateurs de la vitamine D dans la SEP

Effets immunomodulateurs de la vitamine D dans la Sclérose en Plaques.

Plusieurs études ont mis en avant le rôle potentiellement protecteur de la vitamine D dans la Sclérose en Plaques (SEP). Dans cette étude, les auteurs ont étudié chez 132 patients (92 avec la forme rémittente, dont 58 en phase de rémission et 34 en période de poussée, 40 avec la forme progressive primaire) le taux de vitamine D.

Le groupe contrôle était apparié en âge, sexe, ethnie et lieu de résidence. Les résultats montrent que les patients présentant une forme rémittente avaient un taux de vitamine D inférieur aux personnes contrôles. Cette différence était encore plus marquée chez les patients en période de poussée. (suite…)

Une hormone contre la sclérose en plaques

Une équipe menée par un chercheur CNRS vient de découvrir, chez la souris, une nouvelle voie pour lutter contre la sclérose en plaques. Leur arme : une molécule naturellement produite par notre corps.

Suffira-t-il un jour d’injecter une substance fabriquée naturellement par la thyroïde, l’hormone T3 ou « tridothyronine », pour ralentir la redoutable sclérose en plaques, cette maladie incurable à ce jour qui ne touche pas moins de 80 000 personnes en France ? Voilà ce que laisse espérer une étude majeure réalisée par Said Ghandour et ses collègues du Laboratoire d’imagerie et de neurosciences cognitives1, publiée en décembre dans la revue The Journal of Neuroscience.

© S. Ghandour/CNRS Photothèque (suite…)

Transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques dans la forme rémittente de SEP : une étude de phase I/II

Transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques dans la forme rémittente de SEP : une étude de phase I/II

La transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques (les cellules sanguines greffées proviennent du patient lui-même) est utilisée pour entrainer une suppression immunologique intense.

Dans cette étude, les auteurs ont souhaité tester la sécurité et l’efficacité d’une telle approche chez des patients présentant une forme rémittente de Sclérose en Plaques (SEP), qui ne répondaient pas au traitement par interféron béta. Les patients sélectionnés pour cette étude avaient présenté au moins 2 poussées au cours des 12 mois précédents ou une poussée et une lésion active à l’IRM distante de la poussée. (suite…)

Lovastatine et Rolipram : une bithérapie neuro-protectrice et réparatrice testée dans un modèle animal de SEP

Lovastatine et Rolipram : une bithérapie neuro-protectrice et réparatrice testée dans un modèle animal de SEP

La lovastatine (dérivée des statines) réduit la biosynthèse du cholestérol et possèderait également une activité anti-inflammatoire, anti-oxydante et immuno-modulatrice. Le Rolipram conduirait, quant à lui, à une diminution de l’inflammation de système nerveux central (SNC).
Au cours des dernières années, des études in vitro et in vivo avaient établies que les statines et le Rolipram pouvaient prévenir la progression de la Sclérose en Plaques chez les patients via différents mécanismes d’action.
Dans cette étude, les auteurs ont évalué l’efficacité d’une bithérapie dans un modèle animal de SEP, l’EAE. Ils ont ainsi montré que, non seulement ce traitement combinant de 2 molécules actives diminuait l’entrée des cellules inflammatoires dans le SNC et protégeait la myéline et l’intégrité des axones, mais qu’il favorisait également la réparation.

Ces résultats, bien qu’encourageants, ont été obtenus dans un modèle animal. Seules des études complémentaires permettront de dire si cette bithérapie pourra être utilisée comme traitement dans la SEP.

Paintlia AS et collaborateurs, Etats-Unis.
Glia, Janvier 2009.

Merck Serono annonce le lancement de l’essai clinique ORACLE MS (comprimés de cladribine)

Merck Serono annonce le lancement de l’essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose en plaques

Merck Serono International S A, le 18/9/2008

GENÈVE, Suisse, September 18 /PRNewswire/ — Merck Serono, une division de Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne, a annoncé aujourd’hui le lancement d’un essai clinique de Phase III destiné à évaluer les effets thérapeutiques de la forme orale de la cladribine (comprimés de cladribine) dont elle détient l’exclusivité, chez des patients à risque de développer une sclérose en plaques (SEP). (suite…)