Actualités 

Revue « Prescrire » de décembre 2014

Sclérose en plaques : ni natalizumab ni alemtuzumab

Chez les patients atteints de sclérose en plaques, après plusieurs années de recul, le natalizumab (Tysabri°) est encore plus toxique que prévu. L’évaluation de l’alemtuzumab (Lemtrada°) est trop biaisée pour pouvoir juger de son éventuel intérêt, alors qu’il expose à des effets indésirables graves.
Le traitement de référence de la sclérose en plaques évoluant par poussées, forme dite récurrente-rémittente, est, faute de mieux, un interféron bêta en injection.

(suite…)

L’élimination des débris de myéline autour des neurones atteints est essentielle à leur réparation

L’une des principales manifestations de la sclérose en plaques est la disparition de la gaine de myéline qui entoure les neurones. Pour freiner ce processus et permettre la reconstruction de la gaine, il est essentiel d’éliminer les débris de myéline qui s’accumulent à proximité des neurones atteints, démontre une équipe de la Faculté de médecine et du CHU de Québec dans une étude publiée cette semaine dans le Journal of Experimental Medicine.

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire chronique du système nerveux central. Elle entraîne la disparition progressive de la gaine de myéline recouvrant la partie allongée des neurones. En absence de cette gaine, la transmission de l’influx nerveux est altérée, entraînant des problèmes de motricité et de sensibilité. «Un traitement durable de cette maladie doit nécessairement permettre la remyélinisation des neurones», souligne le responsable de l’étude, Serge Rivest. (suite…)