Recommandations vaccinales anti-COVID – 10 janvier 2022

Covid19

Lettre d’information n°12 du 10 janvier 2022 – Groupe de Travail SFSEP

Sclérose en plaques, maladies du spectre de la neuromyélite optique et vaccins anti-COVID19

Informations de la Société Francophone de la Sclérose en Plaques (SFSEP) en partenariat avec les CRC-SEP, la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française, les Centres de Référence Maladies rares maladies Inflammatoires rares du Cerveau et de la Moelle, les Centres Régionaux de Pharmacovigilance, la Fondation ARSEP et la Ligue Française contre la Sclérose en Plaques

Téléchargez cette page au format pdf (2 pages)

Coordination : S Vukusic, C Lebrun-Frénay
COPIL recos : X Ayrignac, B Bourre, M Cohen, J Ciron, J de Seze, C Louapre, E Maillart, R Marignier, F Rocher, V Pourcher, E Thouvenot, H Zephir.

Groupe de travail : A Alkhedr, E Berger, B Brochet, P Cabre, O Casez, JP Camdessanché, P Clavelou, A Creange, M Debouverie, G Defer, N Derache, K Deiva, O Gout, O Heinzlef, P Labauge, O Launay, D Laplaud, E Le Page, E Leray, A Maurousset, L Michel, T Moreau, JP Neau, C Papeix, E Planque, J Pelletier, B Stankoff, P Vermersch, S Wiertlewski.

DOSE DE RAPPEL DE VACCIN anti COVID-19

Dans le contexte de la cinquième vague épidémique, impliquant à la fois le variant delta et le variant Omicron, les mesures relatives à la réalisation du rappel vaccinal ont été modifiées. Bien entendu, il est recommandé de redoubler de vigilance et d’appliquer les gestes barrières. Il demeure impératif de se faire tester en cas de syndrome infectieux (fièvre, syndrome grippal), même chez les personnes vaccinées.

https://www.ameli.fr/rhone/assure/actualites/vaccination-contre-le-covid-19-le-point-sur-la-dose-de-rappel-et-l-impact-sur-le-passe-sanitaire

ACTUALITES SUR LE TRAITEMENT PAR ANTICORPS MONOCLONAUX DIRIGES CONTRE LE SARS-COV-2

Plusieurs associations d’anticorps monoclonaux neutralisants dirigés contre la protéine spike du SARS-CoV-2 sont commercialisés. Leur utilisation, selon les produits, a pour but d’éviter la survenue d’une infection chez des sujets contacts ou d’éviter l’évolution vers une forme grave en cas d’infection débutante. Leur usage est réservé aux populations à haut risque, c’est-à-dire présentant des comorbidités à risque de forme sévère et ayant une réponse vaccinale atténuée en raison d’une immunosuppression, ou présentant une contre-indication formelle à la vaccination.

L’efficacité de ces traitements a été testée et établie contre le variant delta. Moins de données d’efficacité sont disponibles en ce qui concerne le variant Omicron mais certains traitements restent possibles. En conséquence, les conditions actuelles d’utilisation de ces produits sont résumées ci-dessous.

 

POST EXPOSITION

Je présente des comorbidités à risque de forme sévère ET ma réponse vaccinale est diminuée en raison de mon traitement immunosuppresseur ou je présente une contre-indication formelle à la vaccination

Je suis cas contact :

Je prends contact avec mon neurologue pour savoir si je dois recevoir ou non un traitement préventif par RONAPREVE, uniquement en cas de contact avec un sujet infecté par le variant Delta
En cas de contact avec un sujet infecté par le variant Omicron, pour le moment, les traitements par anticorps monoclonaux ne sont pas indiqués

Je présente des symptômes infectieux depuis moins de 5 jours et un test positif :

Je prends contact avec mon neurologue pour savoir si je dois recevoir ou non un traitement curatif par
– RONAPREVE si je suis infecté par le variant Delta
– XEVUDY si je suis infecté par le variant Omicron (disponible à partir de fin janvier 2022)

 

PRÉ EXPOSITION

Je suis vacciné, je n’ai pas été exposé au virus mais ma réponse vaccinale est diminuée en raison de mon traitement immunosuppresseur ou je présente une contre-indication formelle à la vaccination

La SFSEP ne recommande pas de façon systématique la prophylaxie pré-exposition, mais elle peut être envisagée dans certaines situations particulières. Dans ce cas, elle doit désormais être effectuée avec EVUSHELD (1 injection intramusculaire tous les 6 mois) et non plus avec RONAPREVE car ce dernier n’est pas efficace sur le variant Omicron.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

3 × 3 =

EnglishFrenchSpanish
Font Resize