COVID'19 & SEP

 Toutes les informations du Covid sur CovidTracker 

Dernières infos sur le Covi'd et la vaccination

à l’international

Ce document détaille la vaccination en fonction des traitements de fond SEP

5 mars 2021

Recommandations de la M.S.I.F
(Fédération Internationale de lutte contre la SEP)

En France

21 septembre 2021

Recommandations de la SFSEP sur la vaccination contre la Covid19

[ source ]

3 juin 2021

Alerte info au sujet de la vaccination contre la Covid19 & certains immunosuppresseurs

12 mai 2021

Recommandations de la SFSEP sur la vaccination contre la Covid19

[ source ]

Articles & vidéos publiées à propos du #Covid’19 & de la S.E.P :

Quelle incidence du COVID-19 sur la pathologie et la recherche ?

A l’occasion de la journée mondiale de la Sclérose en Plaques (SEP), le 30 mai 2020, cinq acteurs* mobilisés dans la lutte contre cette maladie présentent les premiers résultats d’une étude française sur l’impact du COVID-19 sur les patients atteints de SEP.

Ils alertent aussi sur la nécessité de poursuivre les projets de recherche relatifs à la SEP, et ce, malgré les forts besoins qu’engendre la crise du COVID-19. Dans le domaine de la SEP, le modèle de recherche clinique mis en place en France, est unique et regroupe tous les acteurs de terrain du territoire. Il a permis de nombreux progrès pour le quotidien des patients.

La pertinence de ce dispositif rend les données françaises incontournables dans toute étude internationale sur la SEP.
*Fondation EDMUS ; Fondation ARSEP ; Réseau de recherche clinique FCRIN4MS ; Société Francophone de la Sclérose En Plaques ; Union pour la lutte contre la Sclérose En Plaques.

(suite…)

Éducation Thérapeutique : COVID-19 et Sclérose en Plaques (Partie 2)

Premier atelier d’éducation thérapeutique 100 % numérique pour les personnes atteintes de sclérose en plaques, NMO et autre maladie démyélinisante du Centre de Ressource et de Compétence de Nice.

Éducation Thérapeutique : COVID-19 et Sclérose en Plaques (Partie 1)

Premier atelier d’éducation thérapeutique 100 % numérique pour les personnes atteintes de sclérose en plaques, NMO et autre maladie démyélinisante du Centre de Ressource et de Compétence de Nice.

Recommandations à propos du COVID-19 pour les personnes atteintes de SEP

Actuellement, il n’existe pas de données sur la façon dont le virus du COVID-19 affecte les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP).

Les personnes présentant une SEP et traitées par immunosuppresseurs, ou présentant une comorbidité (atteinte pulmonaire, cardiaque, ou ayant un diabète et celles âgées de plus de 70 ans), sont plus susceptibles de développer une forme sévère d’infection par le virus du COVID-19 et de souffrir de complications.

Les consignes nationales conseillées à la population générale s’appliquent à l’ensemble des patients atteints de SEP.
Consignes générales pour limiter les risques de contagion par le virus du COVID -19 chez les personnes atteintes de SEP à risque d’infection sévère (traitées par immunosuppresseurs, ou présentant une comorbidité) : (suite…)

Avis de tempête immunitaire dans les cas graves de Covid-19

Un phénomène d’hyper-inflammation de l’organisme, appelé «orage de cytokines», pourrait jouer un rôle important dans les cas sévères de Covid-19. Des pistes thérapeutiques sont à l’étude.

Comment expliquer, dans l’épidémie actuelle de Covid-19, que certaines personnes infectées par le SARS-CoV-2 ne présentent pas ou peu de symptômes, alors que d’autres développent une forme aiguë de la maladie, y compris des individus en apparente bonne santé?

La réponse pourrait bien se trouver au sein de notre système immunitaire, et plus particulièrement dans sa façon de répondre aux infections. L’une des particularités du nouveau coronavirus étant sa capacité à engendrer un phénomène appelé «orage de cytokines», à savoir la libération massive de molécules impliquées dans le contrôle de l’immunité.

Cette forme d’hyper-inflammation serait ainsi pointée, selon un article publié mi-mars dans The Lancet par une équipe anglaise, comme un facteur pouvant non seulement expliquer la sévérité mais aussi la mortalité liées au nouveau coronavirus.

Ce mécanisme d’emballement, connu depuis une vingtaine d’années, n’est toutefois pas propre au Covid-19. «Les orages de cytokines sont associés à une grande variété de maladies infectieuses et non infectieuses, comme les surinfections bactériennes liées au virus de la grippe, la maladie du greffon contre l’hôte, la sclérose en plaques ou encore la pancréatite», décrit la professeure Andrea Ablasser, directrice du laboratoire d’immunité innée de l’école polytechnique fédérale de Lausanne.

Cascade d’effets délétères (suite…)